Ma Bohème - Rimbaud (1870)

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot soudain devenait idéal;
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;
Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!

                            ...

Un sonnet plein de fantaisies et d’insouciance d’un jeune  Rimbaud fuyant le conformisme d'une société étouffante…

Un sonnet que j’aime beaucoup et que je garde précieusement au fond de ma besace…

Un sonnet qui donne le ton à cette nouvelle aventure, que j’espère riche en échanges…

Un sonnet pour un premier post!